Phnom Penh: un réseau de transports en commun en 2035

Ecrit par: Krystel MAURICE

Photo Krystel Maurice

Phnom Penh suffoque dans les embouteillages. Les 4×4 qui, il y a quatre ou cinq ans seulement étaient rares, se multiplient à une vitesse surprenante. Aux heures de pointe, des milliers de motos engorgent les carrefours. La capitale ne dispose d’aucun transport en commun et la circulation empire d’année en année.

Depuis onze ans, le gouvernement travaille sur un projet de transports urbains. Mais, selon l’Agence japonaise de coopération internationale, principal partenaire de ce projet, aucune étude ne sera achevée avant 2014. « Si rien n’est fait, ces problèmes affecteront tout à la fois l’économie, l’environnement,  et les conditions de vie des habitants », peut-on lire dans les documents de l’Agence japonaise. Ce n’est donc qu’à partir de 2014 que des solutions pourront commencer d’être mises en place.

Mais il faudra attendre jusqu’en 2035 pour qu’un véritable réseau soit opérationnel. Que sera la ville dans 23 ans ?

Krystel Maurice

Lire aussi  Polémique autour du choléra au Cambodge