Musée national du Cambodge: la plus belle collection de sculptures khmères au monde

Ecrit par: Krystel MAURICE

Situé au nord du Palais royal à Phnom Penh, le Musée national du Cambodge a été inauguré en 1918. Conçu par l’archéologue français Georges Groslier, ce bâtiment est une splendide adaptation de l’architecture traditionnelle khmère. Quatre vastes salles ouvrent sur un patio de verdure, au milieu duquel quatre bassins de lotus ont été aménagées. De cet ensemble harmonieux se dégage une atmosphère de sérénité et de fraicheur qui tranche avec la vie bouillonnante de Phnom Penh. Réalisé par des artistes cambodgiens, la décoration de l’édifice s’inspire de l’art Angkorien. Ainsi, les motifs des deux imposants portails sont empruntés au temple de Banteay Srei, l’un des plus beaux du site d’Angkor. D’abord baptisé Musée du Cambodge, ce musée prend en 1920 le nom de Musée Albert Sarraut, en l’honneur du gouverneur général de l’Indochine, sous l’autorité duquel il est placé. En 1951, la France cède la direction de la section archéologique aux autorités cambodgiennes, tout en maintenant son assistance technique. Le musée Albert Sarraut est alors rebaptisé Musée national du Cambodge. Dans les années soixante dix, au début de la guerre civile, les principales œuvres d’art du pays sont rapatriés à Phnom Penh et stockés dans les réserves du Musée afin d’en garantir la sécurité. En 1975, lors de l’entrée des Khmers Rouges dans la ville, les collections comptent plusieurs milliers de pièces – des objets préhistoriques et ethnographiques jusqu’aux arts de la période post angkorienne tardive -, pour beaucoup offertes au musée par le Roi, les tribus, les temples et la Conservation d’Angkor. Dans Phnom Penh transformée en ville fantôme, le musée est à l’abandon durant toute cette période, envahi par des milliers de chauves souris jusqu’en… 2003.

Lire aussi  Cambodge: des trains pour la mer tous les week-ends

Dans les années 79-80, de nombreux objets d’art dispersés dans les pagodes de la ville, en particulier des statuettes bouddhiques en cuivre ou en argent repoussé, rejoignent le Musée. Le travail d’inventaire reprend, révélant la disparition de collections entières.

Sculptures khmères : la plus belle collection au monde

Malgré tout, les collections du Musée se sont constamment enrichies et elles comptent désormais plus de 14 000 pièces, dont quelques 2000 sont exposées au public. Parmi elles, la plus belle collection de sculptures khmères au monde, sur une période qui couvre plus d’un millénaire. A ne pas manquer la représentation d’un grand Vishnou a huit bras datant de VIème siècle, ainsi qu’une statue de Harira de la fin du VIème siècle dont l’allure rappelle les sculptures égyptiennes. Parfaite incarnation du style de Banteay Srei- un style qui à la fin du Xème siècle est considéré comme le summum de l’art en Asie du Sud Est- la magnifique statue en grès de Shiva tenant son épouse Huma sur ses genoux est aussi un des joyaux de cette collection. La sculpture de Jayavarman VII est quant a elle une très belle représentation de l’époque du Bayon qui de la fin du XIIème siècle au début du XIIIème siècle marque l’apogée de la sculpture khmère.

Les collections de bronze et de céramiques y sont également remarquables.

La bibliothèque du Musée recèle également une très belle collection d’ouvrage anciens et de livres rares. Récemment, des mesures ont été prises pour préserver les précieux manuscrits rédigés sur des feuilles de latanier et sauvegarder les objets stockés dans les réserves. Reste que beaucoup reste à faire pour donner à ce musée tout le rayonnement international qu’il mérite. Sur les deux millions de touristes qui visitent le Cambodge, seuls 140 000 ont visité le musée en 2007.

Lire aussi  Cambodge: les victimes de viols confrontées à un système corrompu

Le bâtiment lui-même présente de nombreuses fissures et aurait besoin d’une réfection d’ensemble. Une rampe d’accès pour handicapés serait également souhaitable. La construction de nouvelles salles permettrait enfin d’exposer quelques unes des 12 320 pièces actuellement stockés dans les réserves. Mais comme partout au Cambodge, les financements et le personnel hautement qualifié font défaut.

Krystel Maurice

  • Musée national du Cambodge