Inondations au Cambodge: retour progressif à la normale

Ecrit par: Krystel MAURICE

Photo Krystel Maurice

Inquiets des conséquences des inondations au Cambodge, de nombreux voyageurs nous font parvenir des courriels pour s’informer de la situation dans le pays.

Les inondations, les pires depuis dix ans, ont provoqué la mort de 247 personnes et quelques 270 000 familles sont affectées. Les dégâts matériels sont importants, de nombreuses infrastructures et bâtiments ont été dégradés. Mais surtout, des milliers d’hectares de rizières- le chiffre de 350 000 hectares a été avancé mais il est encore trop tôt pour obtenir un bilan définitif-ont été détruits. Une véritable catastrophe pour ce pays dans lequel 80 % des familles tirent leurs revenus de la terre.  Comment parviendront-elles à se nourrir dans les mois à venir ? Une hausse substantielle des prix du riz est à prévoir, d’autant qu’en Thaïlande et au Vietnam, les destructions de rizières sont également très importantes.

En dépit de cette situation, les voyageurs qui se rendent au Cambodge peuvent être rassurés. La météo s’améliore peu à peu et la circulation sur les grands axes du pays est normale. Tous les bus fonctionnent, mais certaines routes ont été dégradées et, ici où là, il faudra un peu plus de temps pour parvenir à destination.

D’une manière générale, dans les villes, aucun problème pour circuler mais la campagne et les petites routes restent  submergées. A Phnom Penh, Siem Reap et Battambang la situation est redevenue normale. A Siem Reap, sujet de préoccupation de beaucoup de lecteurs qui souhaitent se rendre dans les temples d’Angkor, le site des temples est ouvert. Les conditions de visite sont bonnes.
En ville, le niveau de l’eau de la rivière redescend peu à peu et en centre-ville, seules quelques flaques d’eau subsistent.

Lire aussi  Pillage des antiquités cambodgiennes: le Met de New York restituera deux statues du Xe siècle volées à Koh Ker

La Fête des  Eaux qui devait avoir lieu du 9 au 11 novembre a été annulée. Aucune course de bateaux ne sera organisée, ni à Phnom Penh, ni à Siem Reap, mais les Khmers seront sans doute encore plus nombreux dans les temples pour prier et faire des offrandes. Une belle occasion d’aller à leur rencontre.

Krystel Maurice

  • inondations cambodge 2011