Fin de la manifestation de l’opposition et poursuite des négociations entre les deux camps – Cambodge Post

Ecrit par: Krystel MAURICE

Alors que la manifestation de l’opposition au Parc de la Liberté s’est achevée vers 17h, l’opposition et le parti au pouvoir du Premier ministre Hun Sen se sont rencontrés une nouvelle fois ce matin durant trois heures.
« Nous approchons d’une solution. Nous avons exposé nos points de vue et nos objectifs pour réformer les institutions, a déclaré Yim Sovann, le porte-parole de l’opposition. Mais il y tant de problèmes à régler et depuis si longtemps, nous avons besoin de temps. »

Autant dire que rien n’a filtré de cet entretien mais, on l’aura compris, les négociations se poursuivent avant la rentrée parlementaire fixée au  23 septembre.

Dans le même temps, le sit-in du Parti du sauvetage national du Cambodge s’est poursuivi aujourd’hui avec une participation très importante, peut-être plus encore que dimanche. De nombreux manifestants de province avaient fait le déplacement pour cette dernière journée, des jeunes mais aussi beaucoup de gens plus âgées. Les employés du textile étaient aussi très nombreux, ce qui avait d’ailleurs conduit nombre d’usines à fermer leur porte.

Dans la matinée, un moine qui participait au sit-in a tenté de s’immoler par le feu. S’emparant du micro sur scène, il a dénoncé avec virulence les expropriations de terre et le pillage des ressources naturelles. «Le monde est aveugle et ne voit pas les agissements cruels des partisans de Hun Sen qui conduisent à la mort du peuple khmer, même à l’époque de Facebook», a-t-il lancé avant d’ajouter: «Si le monde ne veut pas le voir, je suis venu ici pour leur montrer. Je voudrais ici brûler mon corps pour le prouver». Il a alors sorti une bouteille d’essence de sa robe pour s’immoler. Mais les services de sécurité ont très rapidement réagi et sont parvenus à temps à éviter le pire.

Lire aussi  Le riz cambodgien, Meilleur Riz du Monde 2014

Brutalités policières

Dans la ville, la police avait démonté de nombreuses barricades, ce qui a permis aux manifestants de rejoindre sans difficulté le parc et à la population de vaquer à peu près normalement à ses occupations.

A 17h, soit une heure plus tôt que ce qui était prévu, les camions transportant les manifestants qui rentraient chez eux remontaient le boulevard Norodom. En tête Sam Rainsy, debout dans son véhicule, souriant, réajustant mille fois ses lunettes, comme à son habitude. Joyeux, ses supporters scandaient le slogan du parti «  changement, changement ».

Il reste que cette manifestation de trois jours qui se voulait pacifiste aura été marquée par des affrontements dramatiques entre forces de l’ordre et manifestants. La population a été bloquée, piégée, des heures durant par les barricades érigées dans la ville, souvent bien loin du lieu de la manifestation.
Plusieurs personnes qui tentaient simplement de rentrer chez eux le soir ont été blessées par balles sur la rocade de Kbal Thnal. La police a mitraillé et matraqué aveuglement ceux qui se trouvaient là. Nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, condamnent cette brutalité hors de proportion avec la situation. Nous en reparlerons.

Krystel Maurice