Des dizaines de milliers de Cambodgiens réclament la démission du Premier ministre

Ecrit par: Krystel MAURICE

©Camnews

Les pressions sur le Premier ministre Hun Sen se font de plus en plus fortes avec, aujourd’hui encore, une énorme manifestation de l’opposition dans les rues de Phnom Penh. Des heures durant, une marée humaine a défilé en réclamant sa démission et de nouvelles élections.

Combien étaient-ils ? Il est bien difficile d’avancer un chiffre mais l’ampleur de la mobilisation semblait plus importante encore que dimanche dernier lorsque les autorités estimaient à  100 000 personnes le nombre de participants.

Phénomène nouveau, des groupes aux revendications diverses avaient rejoint la manifestation de l’opposition. En grève depuis mercredi, des milliers d’employés du textile défilaient pour que le salaire minimum passe à 160 dollars, refusant la décision récente du gouvernement de fixer ce salaire à 95 dollars en 2014.
En début de matinée, une centaine de chauffeurs de tuk-tuk s’étaient rendus devant le ministère de l’économie pour réclamer une baisse du prix de l’essence. Presque au même moment des moines protestaient devant le ministère des cultes contre le vol des reliques sacrées d’Oudong.

« Hun Sen et son gouvernement illégal ne peut plus nous ignorer, la population montre qu’elle veut du changement. Nous demandons la démission de Hun Sen et de nouvelles élections »,  a répété
Sam Rainsy au  Parc de la liberté.

Reprise des négociations ?

Hier lors d’une conférence de presse, le président du Parti national du sauvetage du Cambodge s’est dit prêt à reprendre les négociations avec le Parti du peuple cambodgien dans les premiers jours de janvier. Des entretiens auxquels il a invité tous les responsables d’associations, les dirigeants des  partis politiques, les syndicalistes, les professeurs… à se joindre pour trouver ensemble les moyens de sortir de l’impasse politique.

Lire aussi  Disparition de Laurent Vallier et de ses quatre enfants: les analyses ADN confirment l’identité des victimes - Cambodge Post

En clair plus de rencontre entre les seuls dirigeants des deux partis mais « des discussions ouvertes » auxquelles le public pourrait participer, chacun apportant sa pierre  pour construire une « authentique démocratie » «  A nouvelle année, nouvelle idée » a-t-il lancé. En attendant  les manifestations continueront, a précisé Kem Sokha, le vice-président du parti.

Aussi nouvelle soit-elle, on voit mal  le parti au pouvoir accepter cette proposition en l’état. Réponse dans les jours à venir.

Krystel Maurice