Coopération nucléaire entre la Russie et le Cambodge

Ecrit par: Krystel MAURICE

En direct sur sa page Facebook, le Premier ministre Hun Sen explique les raisons de la coupure d’électricité qui a plongé le pays dans le noir hier soir.

La Russie a signé ce week-end un accord de coopération avec le Cambodge en vue de la construction future d’une centrale nucléaire à usage civil.

Aujourd’hui, les besoins énergétiques du Cambodge sont entièrement pourvus par les deux pays voisins, le Vietnam et la Thaïlande. Ces importations pèsent lourdement sur le budget du pays et freinent les investisseurs. Le coût de l’électricité est en effet l’un des plus élevés de la région.

Signé à l’issue de la visite de trois jours du Premier ministre russe Dmitry Medvedev, la première d’un haut responsable russe depuis 1986, le mémorandum d’entente entre les deux pays précise que la Russie fournira expertise, recherches et formation au Cambodge.

Hier, Sergei Kirienko, le patron de Rosatom, l’agence fédérale russe de l’énergie atomique, a confirmé cet accord face à la presse. « Le gouvernement cambodgien réfléchit à la construction future d’une centrale nucléaire.  Peut-être vaut-il mieux commencer par un centre de recherche nucléaire », a-t-il déclaré, précisant que la Russie avait signé un accord de ce type avec la Bolivie en octobre. « Tous les pays émergents sont confrontés à ce problème crucial. Ils ont besoin d’une source d’énergie fiable et bon marché » a-t-il ajouté.

La filière russe du nucléaire est en effet en pleine expansion. Tout récemment elle a signé des accords de coopération avec la Tunisie, l’Indonésie, le Ghana, l’Argentine.…

Lire aussi  Des grillons contre la malnutrition des enfants cambodgiens

Le Cambodge plongé dans le noir hier soir

Pour leur part, les autorités cambodgiennes cherchent depuis plusieurs années à mettre un terme à la dépendance énergétique du pays, y compris en se dotant du nucléaire, bien que ce débat soit rarement évoqué publiquement.

Comme le fait du hasard, hier soir le pays tout entier a été victime d’une gigantesque panne d’électricité. Phnom Penh, Siem Reap, Kampot …ont été plongé dans le noir durant plus d’une heure. Fait exceptionnel, le Premier ministre Hun Sen s’est adressé au pays en direct sur sa page Facebook à 23h (heure locale). Précisant que cette panne n’était en rien liée à une attaque terroriste, il a expliqué que cette coupure provenait d’un problème sur le réseau alimenté par le Vietnam et a présenté ses excuses. Sur les réseaux sociaux, très actifs durant la nuit, le débat est désormais ouvert.

Krystel Maurice