Boeng Kak: sept condamnations et de nouvelles arrestations

Ecrit par: Krystel MAURICE

Accusées d’obstruction à la circulation et d’insultes à agents dans l’exercice de leur fonction,  sept activistes de Boeng Kak, parmi lesquelles Tep Vanny, ont comparu ce matin au tribunal de Phnom Penh. A l’issue d’une audience éclair, elles ont été condamnées à un an de prison ferme et à une amende de 2 millions de riels chacune (500 $). Elles ont été déférées à la prison de Prey Sar.

Cinq d’entre elles ont déjà été condamnées en 2012 à l’issue d’une manifestation pourtant pacifique.

Une cinquantaine de personnes de la communauté avaient manifesté lundi pour demander aux autorités de drainer les eaux fétides qui envahissent le quartier de Boeng Kak depuis jeudi. Le secteur est en effet submergé par les inondations depuis le comblement du lac artificiel par la compagnie la compagnie Shukaku Inc. Hier, les manifestantes avaient trainé un lit sur le boulevard Monivong jusque devant la mairie, perturbant ainsi la circulation.

Dirigée par un sénateur du parti au pouvoir, Lao Meng Khin, la société Shukaku Inc. s’est vue attribuer par le gouvernement  une concession de 99 ans pour y réaliser des logements, des boutiques de luxe, centre commerciaux, bases de loisirs… Depuis 2008, plus de 3000 familles résidant sur le bord du lac ont déjà été expulsées du secteur pour faire place à ce projet.

Ce matin, tandis qu’un petit groupe appartenant à cette communauté était venus réclamer la libération des accusées devant le tribunal, la police  procédé à quatre nouvelles arrestations dont un moine.

Quatre personnes, dont un moine, ont également été arrêtées ce matin lors d’une manifestation de membres de la communauté de Boeng Kak devant le tribunal de Phnom Penh. Elles demandaient la libération de sept autre représentantes de la communauté arrêtées hier.

Lire aussi  Cinq militantes de la communauté de Boeng Kak arrêtées puis relaxées

Krystel Maurice