Au Cambodge, nouveaux mandats d’arrestation liés à l’inculpation du sénateur Hong Sok Hour

Ecrit par: Krystel MAURICE

Page Facebook de Sam Rainsy

Le tribunal de Phnom Penh a émis deux mandats d’arrestation contre des administrateurs de la page Facebook de Sam Rainsy, a-t-on appris hier.
Satya Sambath et Chong Leang Ueng sont recherchés pour avoir posté le 12 août un message et une vidéo du sénateur franco-cambodgien Hong Sok Hour sur la page Facebook du chef de l’opposition.

Arrêté et incarcéré le 15 août, le sénateur est accusé de « trahison » pour avoir publié un «faux » traité selon lequel la frontière commune entre le Vietnam et le Cambodge serait dissoute.

Âgés de 20 et 25 ans, Satya Sambath et Chong Leang Ueng auraient fui le Cambodge en août en compagnie de David Sambath, l’assistant de Hong Sok Hour, par crainte d’être arrêtés. Ils risquent une peine de 17 ans de prison.

Sam Rainsy, qui ne se trouvait pas au Cambodge au moment des faits, est quant à lui convoqué par ce même tribunal le 4 décembre pour être entendu dans cette affaire. Un mandat d’arrestation sera lancé contre lui s’il ne se rend pas à cette convocation, a menacé la cour.

Actuellement en France, le chef de l’opposition a choisi de s’exiler pour échapper à une peine de prison de deux ans prononcée en 2011 dans une affaire de diffamation contre le ministre des affaires étrangères Hor Namhong. Un mandat d’arrestation a été émis contre lui le 13 novembre.

Les députés du Parti du sauvetage national du Cambodge, qui disent craindre pour leur sécurité depuis l’attaque contre deux de leurs représentants, ont boycotté lundi la séance plénière de l’Assemblée nationale. Le budget 2016, ainsi que deux autres lois, l’une sur les télécommunications et l’autre sur les statistiques, ont donc été votés en la seule présence des 66 représentants présents du Parti du peuple cambodgien.

Lire aussi  Textile: le syndicat des patrons appelle à résister aux contrôles du BIT


Krystel Maurice